La quête des signes de la vie antique sur Mars

La quête des signes de la vie antique sur Mars

Mars peut maintenant être considéré comme un désert aride et glacé, mais le voisin le plus proche de la Terre a-t-il autrefois abrité la vie?

C'est une question qui préoccupe les scientifiques depuis des siècles et alimente les imaginations de science-fiction.

Aujourd'hui, trois projets d'exploration spatiale se préparent à lancer certaines des offres les plus ambitieuses à ce jour pour trouver une réponse.

Les scientifiques pensent qu'il y a quatre milliards d'années, les deux planètes avaient toutes deux le potentiel de nourrir la vie – mais une grande partie de l'histoire intermédiaire de Mars est une énigme.

Les nouvelles sondes Mars des États-Unis, des Émirats arabes unis et de la Chine seront lancées cet été.

Leur but n'est pas de trouver la vie martienne – les scientifiques croient que rien n'y survivrait maintenant – mais de rechercher d'éventuelles traces de formes de vie passées.

Ces programmes vastes et coûteux pourraient s'avérer vains. Mais les astrobiologistes disent que la planète rouge est toujours notre meilleur espoir de trouver un enregistrement de la vie sur d'autres planètes.

Mars est "la seule planète à avoir des chances concrètes de trouver des traces de vie extraterrestre car nous savons qu'il y a des milliards d'années, elle était habitable", a déclaré Jean-Yves Le Gall, président de l'agence spatiale française CNES lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes cette semaine.

Le Gall est l'un des architectes de la sonde exploratoire Mars 2020 de la NASA, dont le lancement est prévu fin juillet, lorsque la Terre et Mars seront les plus proches pendant plus de deux ans.

Ce projet de plus de 2,5 milliards de dollars est la dernière – et la plus avancée sur le plan technologique – à découvrir les secrets enfouis de Mars.

Mais ce n'est pas le seul, car l'enthousiasme pour l'exploration spatiale a ravivé.

«Nouvelles de Mars»
L'enquête scientifique sur la planète rouge a commencé sérieusement au 17ème siècle.

En 1609, l'italien Galileo Galilei a observé Mars avec un télescope primitif et, ce faisant, est devenu la première personne à utiliser la nouvelle technologie à des fins astronomiques.

Cinquante ans plus tard, l'astronome néerlandais Christiaan Huygens a utilisé un télescope plus avancé de sa propre conception pour réaliser le tout premier dessin topographique de la planète.

Mars – comparée à la lune "désolée et vide" – a longtemps semblé prometteuse pour une habitabilité potentielle par des micro-organismes, a écrit l'astrophysicien Francis Rocard dans son récent essai "Latest News from Mars".

Mais le XXe siècle a connu des revers.

Dans les années 1960, alors que la course pour mettre un homme sur la lune s'accélérait vers son éblouissant "Giant Leap", Dian Hitchcock et James Lovelock mettaient un frein à l'espoir de trouver la vie sur Mars.

Leurs recherches ont analysé l'atmosphère de la planète à la recherche d'un déséquilibre chimique, les gaz réagissant les uns avec les autres, ce qui laisserait penser à la vie.

"S'il n'y a pas de réaction, alors il n'y a probablement pas de vie là-bas", a expliqué Lovelock à l'AFP.

"Et c'était le cas – Mars a une atmosphère complètement inactive en ce qui concerne la chimie."

Leur conclusion a été confirmée une décennie plus tard, lorsque les débarqueurs vikings ont prélevé des échantillons de l'atmosphère et du sol qui ont montré que la planète n'était plus habitable.

Cette découverte était un "vrai pétrolier" pour la recherche sur Mars, a expliqué Rocard à l'AFP.

Les programmes sur Mars se sont essentiellement arrêtés pendant 20 ans.

Puis, en 2000, les scientifiques ont fait une découverte révolutionnaire: ils ont découvert que l'eau avait jadis coulé sur sa surface.

Suivez l'eau
Cette découverte alléchante a contribué à raviver l'intérêt latent pour l'exploration de Mars.

Les scientifiques se sont penchés sur des images de ravins, de ravins, parcourant la surface martienne à la recherche de traces d'eau liquide.

Plus de 10 ans plus tard, en 2011, ils l'ont définitivement trouvé.

La stratégie "suivre l'eau, suivre le carbone, suivre la lumière" a porté ses fruits, a déclaré Rocard.

Chaque mission depuis la découverte de l'eau a mis "en évidence de plus en plus de preuves que Mars n'est pas aussi mort que nous le pensions", a expliqué à l'AFP Michel Viso, astrobiologiste au CNES.

Le dernier rover américain à faire le voyage – bien nommé Persévérance – devrait atterrir en février de l'année prochaine après un voyage de six mois à compter du lancement.

La sonde est peut-être la plus attendue à ce jour. Son point d'atterrissage, le cratère Jezero, était peut-être autrefois un large delta fluvial de 45 kilomètres.

Riche en roches sédimentaires, comme l'argile et les carbonates – les mêmes types de roches qui contiennent des traces fossiles sur Terre – Jezero pourrait être un trésor.

Ou peut-être pas.

"Nous savons que l'eau coulait autrefois, mais la question demeure: pendant combien de temps?" demanda Rocard. "Nous ne savons même pas combien de temps il a fallu pour que la vie apparaisse sur Terre."

Si la mission peut ramener ces roches sur Terre, elles pourraient apporter des réponses aux questions qui ont longtemps dérouté les scientifiques.

Mais ils devront attendre au moins 10 ans pour que l'analyse soit disponible.

Viso a déclaré que les résultats seront probablement "un faisceau d'indices" plutôt qu'une réponse claire.

Au début
Les scientifiques envisagent également une question peut-être encore plus profonde.

Si la vie n'a jamais existé sur Mars, alors pourquoi pas?

La réponse à cela pourrait enrichir notre compréhension de l'évolution de la vie sur notre propre planète, a déclaré le porte-parole de l'Agence spatiale européenne, Jorge Vago.

En raison du déplacement de la tectonique des plaques sous le cœur de la Terre, il est extrêmement difficile de trouver des traces de vie ici avant 3,5 milliards d'années.

Mars n'a pas de plaques tectoniques et il y a donc une chance que des signes de vie vieux de quatre milliards d'années que "on ne pourrait jamais trouver sur Terre" puissent y être préservés, a déclaré Vago.

Et si les derniers programmes de Mars ne parviennent pas à trouver des signes de la vie martienne ancienne, il y a toujours de nouvelles frontières à explorer.

Encelade et l'Europe, deux des lunes de Saturne et de Jupiter, respectivement, sont considérées comme des candidats prometteurs.

Bien que les atteindre reste plus de science-fiction que de réalité.

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents