Apple approuve enfin la mise à jour de l'application de messagerie premium "Hey"

Apple approuve enfin la mise à jour de l'application de messagerie premium "Hey"

Apple réalise à quel point les développeurs d'applications sont importants pour l'entreprise. Lundi, avec la WWDC en toile de fond, le géant de la technologie a annoncé qu'il permettra aux développeurs de contester les décisions rendues par Apple contre eux. La société ne retardera pas les mises à jour de l'application qui incluent un correctif de bogue pendant l'appel du développeur. Tout cela se passe pendant la saga "Hey" qui a peint Apple sous un mauvais jour juste au moment où la Commission européenne (CE) et le comité judiciaire de la Chambre enquêtent sur Apple au-dessus des frais de 30% qu'elle perçoit sur les achats intégrés (qui tombe à 15% après la première année d'abonnement). Parce qu'Apple n'autorise pas le chargement latéral des applications, les sondes examinent si Apple a violé les lois antitrust.

Apple autorise l'application e-mail premium "Hey" à être répertoriée sur l'App Store après des refus controversés

La semaine dernière, Apple a initialement approuvé une inscription initiale pour l'application de messagerie premium à 99 $ "Hey", mais a rejeté une mise à jour de correction de bogue, expulsant ainsi l'application de la boutique. En effet, les développeurs n'ont pas inclus de moyen pour les utilisateurs d'iPhone et d'iPad de payer l'abonnement de 99 $ via l'App Store. Sans moyen d'exécuter l'application via le système de paiement Apple Store, la société ne peut pas récupérer sa part des abonnements "Hey". David Heinemeier Hansson, le directeur technique du développeur "Hey" Basecamp, a déclaré qu'il préférait "brûler cette maison moi-même" plutôt que de payer à Apple sa réduction de 30%.

Le directeur du marketing d'Apple, Phil Schiller, a noté que l'application avait été boguée, expliquant l'application pour une correction de bogue. "Vous téléchargez l'application et cela ne fonctionne pas, ce n'est pas ce que nous voulons sur la boutique", a déclaré Schiller. Lorsqu'une autre application de Basecamp pour lister "Hey" a été rejetée, Apple l'a divulgué à la presse avant d'en informer le développeur. Dans cette lettre, Apple a déclaré que les applications de Basecamp "n'avaient pas généré de revenus pour l'App Store au cours des huit dernières années". Pas exactement ce que les développeurs veulent entendre d'Apple.

Lundi, sur son site Internet, Apple a écrit: "Premièrement, les développeurs pourront non seulement faire appel des décisions concernant le non-respect d'une directive donnée par l'App Store, mais ils disposeront également d'un mécanisme pour contester la directive elle-même. Deuxièmement, pour les applications qui sont déjà sur l'App Store, les corrections de bogues ne seront plus retardées en cas de violation des lignes directrices, à l'exception de celles liées à des problèmes juridiques. " Donc inverser le cours, Apple a approuvé la mise à jour de l'application «Hey» avec les correctifs de bogues alors que Basecamp essaie de trouver un moyen de permettre à Apple de réduire ses 30%.
"Hey" offre un essai gratuit de deux semaines au cours duquel vous pouvez tester l'application pour voir si elle en vaut le coût. Heinemeier Hansson de Basecamp a déclaré à The Verge que 25 000 personnes ont déjà reçu des invitations avec une liste d'attente de 100 000 autres. "Nous espérions 20 000 utilisateurs au cours du premier mois", a déclaré le CTO. "Il y a de fortes chances que d'ici la fin de la semaine prochaine, nous comptions 200 000 personnes sur le service. C'est ce sur quoi je voudrais me concentrer."
La semaine dernière, le représentant David Cicilline (D-RI) a déclaré: "En raison du pouvoir de marché d'Apple, il fait payer des loyers exorbitants – le vol d'autoroute, essentiellement – intimidant les gens à payer 30% ou refusant l'accès à leur marché. les développeurs qui ne peuvent tout simplement pas survivre avec ce type de paiements. S'il y avait une réelle concurrence sur ce marché, cela ne se produirait pas. " Avec la CE et la Chambre sondant Apple et l'App Store pour violation de la législation antitrust, la saga "Hey" n'aurait pas pu arriver à un pire moment pour l'entreprise. Apple essaie de contrôler le récit en annonçant hier que les développeurs peuvent toujours avoir des applications répertoriées tout en contestant les décisions d'Apple. De plus, Apple a déclaré lundi que iOS 14 permettra aux utilisateurs de modifier leur messagerie électronique, leur navigateur et leurs applications de messagerie par défaut.

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents