Une enquête antitrust sur l’App Store s’ouvre au Royaume-Uni

Une enquête antitrust sur l’App Store s’ouvre au Royaume-Uni

Apple a fait face à des enquêtes antitrust sur l’App Store dans le monde entier, des États-Unis au Japon – et le Royaume-Uni est le dernier à mettre le contrôle de l’entreprise sur les applications iOS sous surveillance. L’Union européenne a actuellement trois enquêtes antitrust ouvertes sur l’App Store, mais le départ du Royaume-Uni de l’UE signifie qu’il n’y est plus partie.

Le chien de garde britannique de la concurrence a annoncé aujourd’hui son intention de déterminer si l’App Store restreint la concurrence…

Le gouvernement a annoncé que l’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) mènerait l’enquête.

La CMA a ouvert une enquête sur Apple à la suite de plaintes selon lesquelles ses conditions générales pour les développeurs d’applications sont injustes et anticoncurrentielles.

Outre la conception, la fabrication et la commercialisation d’appareils électroniques tels que les smartphones et les tablettes, Apple exploite également l’App Store. C’est le seul moyen pour les développeurs de distribuer des applications tierces sur les iPhones et iPads d’Apple, et le seul moyen pour les clients Apple d’y accéder. […]

Toutes les applications disponibles sur l’App Store doivent être approuvées par Apple, cette approbation reposant sur les développeurs acceptant certaines conditions. Les plaintes des développeurs se concentrent sur les conditions qui signifient qu’ils ne peuvent distribuer leurs applications sur iPhone et iPad que via l’App Store. Ces plaintes soulignent également que certains développeurs qui proposent des fonctionnalités, des add-ons ou des mises à niveau «  in-app  » sont tenus d’utiliser le système de paiement d’Apple, plutôt qu’un système alternatif. Apple facture une commission allant jusqu’à 30% aux développeurs sur la valeur de ces transactions ou à chaque fois qu’un consommateur achète son application.

L’enquête de la CMA examinera si Apple a une position dominante en ce qui concerne la distribution d’applications sur les appareils Apple au Royaume-Uni – et, le cas échéant, si Apple impose des conditions injustes ou anticoncurrentielles aux développeurs utilisant l’App Store, ce qui aboutit finalement à des utilisateurs. avoir moins de choix ou payer des prix plus élevés pour les applications et les modules complémentaires.

Bloomberg rapporte la réponse d’Apple.

Apple a déclaré dans un communiqué qu’il était impatient de travailler avec la CMA pour «expliquer comment nos directives en matière de confidentialité, de sécurité et de contenu ont fait de l’App Store un marché de confiance pour les consommateurs et les développeurs».

Au cœur de toutes les enquêtes antitrust de l’App Store se trouve une question fondamentale de savoir ce qui constitue le marché pertinent.

La position d’Apple est que le marché est soit des «smartphones», soit des «applications», et comme il détient une part minoritaire du marché des smartphones dans la plupart des pays où il opère, il ne peut pas être loin d’avoir des pouvoirs monopolistiques.

Les régulateurs de la concurrence ont tendance à considérer que le marché pertinent est celui des «applications iOS» et qu’Apple détient un monopole à 100% sur leur vente et leur distribution. Mis à part les cas de pointe, il n’y a aucun moyen pour un développeur de commercialiser une application iOS sans la vendre via l’App Store. De plus, la pré-installation d’applications telles que Music lui donne un avantage sur les entreprises concurrentes qui doivent persuader les consommateurs de télécharger leurs applications.

Le Congrès a adopté ce dernier point de vue l’année dernière, concluant que l’App Store donne à Apple un «pouvoir de monopole» sur les applications iOS et un avantage concurrentiel dans les services. Apple fait valoir que l’App Store fournit aux utilisateurs des mesures de sécurité et de protection de la vie privée qui ne seraient pas disponibles si les applications iOS étaient vendues ailleurs.

Apple fait face à un environnement réglementaire de plus en plus difficile, la législation antitrust du monde entier étant mise à jour pour résoudre les problèmes soulevés par le secteur de la technologie. Un projet de loi de réforme proposé aux États-Unis donnerait un plus grand financement aux enquêtes antitrust et autoriserait des sanctions beaucoup plus élevées. L’Union européenne a proposé une législation similaire de l’autre côté de l’étang.


Consultez 9to5Mac sur YouTube pour plus d’informations sur Apple:

Articles similaires

Les ventes d’iPhone 13 devraient être élevées, suggère les précommandes d’Apple

Les ventes d’iPhone 13 devraient être élevées, suggère les précommandes d’Apple

Tirez le meilleur parti de votre navigation et de vos jeux avec cette offre

Tirez le meilleur parti de votre navigation et de vos jeux avec cette offre

Revue de la bande d’honneur 6 – Actualités GSMArena.com

Revue de la bande d’honneur 6 – Actualités GSMArena.com

3 façons de mettre à jour Google Play Store vers la dernière version – Gadgets à utiliser

3 façons de mettre à jour Google Play Store vers la dernière version – Gadgets à utiliser

Articles récents