Un grand fabricant de téléphones dévoile les spécifications de l'un de ses prochains téléphones

Un grand fabricant de téléphones dévoile les spécifications de l’un de ses prochains téléphones

Rate this post

Xiaomi divulgue accidentellement les spécifications du Redmi 10

Le téléphone est censé être dévoilé ce mercredi 18 août et tout ce qui concerne le combiné sera alors révélé. Mais pourquoi devriez-vous attendre ? Selon Xiaomi lui-même, le Redmi 10 arborera un écran de 6,5 pouces avec une résolution FHD+ et un taux de rafraîchissement variable de 90 Hz. En modifiant le taux de rafraîchissement en fonction du contenu affiché à l’écran, la batterie du téléphone bénéficie de temps en temps d’un répit.

La mise à jour de l’écran d’un combiné toutes les 90 secondes peut sérieusement réduire la durée de vie de sa batterie. Mais en diminuant le taux de rafraîchissement lorsque le contenu à l’écran est statique (lorsque des e-mails et des textes sont affichés, par exemple) et en le augmentant pour rendre le défilement et les animations fluides, les utilisateurs devraient profiter pleinement de la batterie de 5000 mAh qui alimente le téléphoner. Alors que la batterie prend en charge une charge rapide de 18 W, le Redmi 10 sera livré avec un chargeur de 22,5 W.

Le téléphone aura le nouveau SoC Helio G88 de MediaTek sous le capot avec 6 Go de mémoire et 128 Go de stockage. Une configuration à quatre caméras orne l’arrière du téléphone et comprend une caméra principale de 50 MP, une caméra ultra-large de 8 MP, une macro de 2 MP pour les gros plans et un capteur de profondeur de 2 MP. Il y a aussi un vivaneau selfie 8MP à l’avant qui apparaît comme une découpe centrée sur l’écran.

L’appareil est équipé d’un scanner d’empreintes digitales monté sur le côté et MIUI 12.5 basé sur Android 11 est pré-installé hors de la boîte. La seule chose que Xiaomi n’a pas partagée était le prix du nouveau téléphone. Il a un look premium par rapport au modèle précédent et tout ce dont Xiaomi n’a pas parlé devrait être révélé par eux la semaine prochaine.

Xiaomi a réussi à devenir le premier fabricant de smartphones au monde, du moins pour le moment, grâce à son rapport qualité-prix qui a fait de la marque un énorme vendeur en Inde. Sa croissance mondiale a grimpé en flèche au cours du deuxième trimestre 2021 à 53 millions d’unités expédiées contre 26 millions au cours du même trimestre de l’année dernière. Et Xiaomi a réussi à remporter la couronne pour la période d’avril à juin même s’il ne vend pas ses combinés sur le troisième marché mondial, les États-Unis.
Au cours du trimestre, Xiaomi était responsable de 17,1% des combinés livrés dans le monde, tandis que les parts de marché de Samsung et Apple étaient respectivement de 15,7% et 14,3%. La dernière fois que ni Samsung ni Apple n’ont dépassé le classement des expéditions de smartphones, la couronne appartenait à Huawei juste avant la disgrâce de l’entreprise.

Xiaomi a été temporairement mis sur liste noire par le département américain de la Défense

Si les États-Unis n’avaient pas placé Huawei sur la liste des entités interdisant à l’entreprise d’accéder à ses fournisseurs américains et l’empêchant d’acheter des puces de pointe, le fabricant serait le premier fournisseur de smartphones au monde. Au lieu de cela, après avoir abandonné sa sous-marque Honor pour 15 milliards de dollars, Huawei devrait terminer septième au classement de la ligue cette année avec Honor juste derrière lui.

Non pas que Xiaomi n’ait pas été ciblé par l’administration Trump plus tôt cette année. Juste une semaine avant le départ de Donald Trump, Xiaomi était l’une des neuf entreprises chinoises sur la liste noire des États-Unis en raison d’un prix que le fondateur et PDG de Xiaomi, Lei Jun, a reçu du MIIT chinois ; il s’agit de l’agence gouvernementale qui supervise les politiques du pays liées à la technologie et à la politique industrielle.

En raison de la liste noire, les investisseurs américains dans Xiaomi auraient été contraints de vendre leurs participations dans la société d’ici novembre. Cependant, en mai, le département américain de la Défense a accepté de retirer l’entreprise de la liste noire et ne serait plus « désignée comme une entreprise militaire chinoise communiste ».