le processus d'optimisation seo sur Websourcing..fr

L’optimisation du référencement de votre site passe aussi par les images

Comme beaucoup d’internautes et de blogueurs, lorsque je cherche une image je me dirige sans hésitation vers Google Images..
La recherche y est intuitive et proche de ce que l’on connait avec le moteur de recherche Google Search.

le processus d'optimisation seo sur Websourcing..fr

Disclaimer: cet article est relativement long mais il vaut le coup; prenez donc une grande respiration avant de vous y plonger.

 
Bien souvent il m’arrive de visiter les sites sur lesquels j’ai trouvé les images qui me conviennent. Et je ne pense pas être le seul.
La recherche d’image est partie prenante d’une part non négligeable des visites. Le site Flickr par exemple draine une grande partie de son trafic depuis Google Images et ses concurrents, grâce au tags et descriptions des photos.

Pourtant le référencement des images est le parent pauvre de la stratégie d’optimisation du référencement d’un site. Pourquoi? Certainement parce qu’il est assez difficile d’automatiser cette tache.

 
Dans cet article nous allons voir comment optimiser le référencement d’un site par les images.
Par la suite je vous montrerais une astuce permettant de mesurer l’impact de celui-ci dans les rapports d’analyse fournit par Google Analytics.

Commençons donc par le commencement. Lorsque l’on insère une image dans un billet de blog par exemple, la première chose à faire et de nommer l’image.

 
Le nom des images est trop souvent négligé.

Il est en effet bien facile de télécharger une image et de ne pas changer son nom pour l’adapter au contexte. Ou encore d’avoir une règle très simple de nommage des images (tel un nombre, 001.jpg, 002.jpg…). Il n’y a qu’a voir comment Flickr nomme par défaut ses images (2362701189_ce347f8150.jpg) . Une suite inintelligible de chiffres et de lettres qui ne veut rien dire…

Et pourtant! La première chose que va voir un moteur de recherche est sans aucun doute le nom de l’image. De plus, les moteurs de recherche sont assez intelligents pour séparer les mots automatiquement. Utilisez par exemple le caractère « _ » (underscore) entre chaque mot, c’est suffisant.

Sur l’exemple ci-dessus, Google Images met en évidence les termes de la recherche (ici web+title) sur le nom de l’image. En l’absence d’autres informations, c’est ce qui est fait par défaut.

On l’aura compris, il ne faut surtout pas laisser le nom par défaut d’une photo à la sortie de l’appareil. DSC00001.jpg n’est pas le nom le plus sexy est marquant que l’on puisse donner. En revanche lionel_a_la_plage_guadeloupe_2007.jpg est beaucoup plus parlant.

Bien qu’important, le nom d’une image n’est pas sa composante la plus essentielle dans le référencement. Les méta-informations le sont bien plus.

 
Les méta-informations sont essentielles.
Les méta-informations sont encore plus négligées que le nom des images. Moi même sur ce blog je n’ai pas tout le temps le courage de m’y atteler. Mais c’est une faute très lourde car plus que tout, ces méta-informations sont ce qui permet au robots / crawlers de comprendre à quoi se rattache une image.

webcrawlers les robots qui parcourent le web

En effet, les robots ne sont pas à même d’interpréter visuellement une image; ils se basent donc sur les informations supplémentaires fournis par le tag HTML <img>. Parmi celles-ci, nous trouvons notamment les attributs TITLE et ALT.

Le TITLE est celui qui s’affiche par défaut lorsque l’image n’est pas disponible.

Si vous stockez vos images sur un serveur différent de celui qui héberge vos pages, ne négligez pas cet attribut; en cas de panne, seul le texte s’affichera. Idem si vous souhaitez que votre site soit accessible aux navigateurs minimalistes tel Lynx ou ceux pour les non/mal-voyants.
N’oubliez pas enfin que certaines personnes désactivent par défaut l’affichage des images.

En général pour l’attribut TITLE, reprenez le nom de l’image sans les « underscores ». Nul besoin de faire de phrase, les mots clés doivent y apparaitre.

L’attribut ALT est sans doute le plus important de tout. Par défaut cet attribut sert à afficher une légende lors du survol d’une image avec la souris sur certains navigateurs. Mais plus que cela, c’est l’attribut que recherchent systématiquement les moteurs de recherches car c’est celui qui est censé stocker la sémantique de l’image.

Dans la balise ALT, mettez donc une description de l’image, qui fait apparaitre notamment les mots clés en rapport avec le contexte de la page.
Lorsque l’on fait une recherche dans Google Images, les mots mis en évidence proviennent de la description contenue dans ALT. Cette balise est donc primordiale pour le référencement.
Elle est également lue par les navigateurs spéciaux (d’ailleurs on peut comparer un crawler à ce genre de navigateurs).

Voyez également cette vidéo de Matt Cutts, le gourou du SEO chez Google. Il travaille sur ce sujet depuis 2000, c’est dire.




Bon en gros, pour lui, TITLE n’est pas forcement important, mais ALT est indispensable.

Le référencement des images apporte non seulement un meilleur classement dans la recherche par images mais engendre aussi des « points » dans la recherche classique. Ne le négligez donc pas.

Dernière étape, mesurer l’effet de tant d’effort. Car en effet, ce n’est pas sans peine qu’il faudra, pour chaque image, ajouter tant de choses.
Personnellement j’utilise Google Analytics pour mesurer et décortiquer mon audience. Je donnerais donc un exemple avec cet outil. Je suppose que l’équivalent est possible chez les concurrents.

 
Obtenir les mots-clés saisis dans Google Images avec Analytics
Dans Analytics, il est possible de connaitre les sites référents (les fameux « referer » en anglais). Ce sont les sites qui vous apporte du trafic en présentant un lien vers votre site.
Lorsque vous cliquez sur une image dans Google Images, le moteur vous redirige vers la page qui contient l’image dans son contexte initial.

Dans la liste des sites référents, Google Images peut apparaitre en fonction de son domaine TLD. Cependant vous ne savez pas quels sont les mots clés recherchés spécifiquement pour les images.

Google images dans les sites référents de Google Analytics

Pour connaitre les mots clés, il existe un moyen détourné de le faire grâce aux paramètres du script Analytics.
La modification consiste à insérer Google Images comme site de trafic dit « organique ». De ce fait, Google Images apparaitra de manière distincte dans les sites référents et surtout nous aurons accès aux urls d’entrées.

Le script d’insertion de Google Analytics est en deux parties. Nous nous intéressons ici à la seconde partie.
Il faut donc ajouter un paramètre au « pageTracker« . Ce paramètre se nomme « _addOrganic« .
Il suffit d’y indiquer le domaine complet « images.google » (sans le top level domain, pour capter tous les pays).

<script type="text/javascript">
var pageTracker = _gat._getTracker("UA-XXXXX-X");
pageTracker._addOrganic("images.google", "q");
pageTracker._initData();
pageTracker._trackPageview();
</script>

Il faut également indiquer quel est le paramètre d’url qui porte les mots clés. Dans mon exemple, on remarque le code "q&quot;. Il correspond à ce que je trouve dans l’url, dans mon navigateur.

Exemple ici avec la recherche du mot clé « test »:

Quelques jours plus tard vous verrez apparaitre dans les rapports un lien images.google sous la rubrique Sources de trafic - Moteurs de recherche.

Vous verrez dans le détail quelles sont les urls qui ont été tapées.
Par exemple, si un internaute a trouvé mon image sur la quatrième page, je verrais l’url suivante:

start correspond au numéro de page sur laquelle votre image a été trouvée. 60 correspond à la quatrième page car il y a 20 images par page (20x(p-1)).

Voila vous allez pouvoir disséquer un peu plus les habitudes des internautes. De quoi améliorer ses images et les mots clés attachés dans l’attribut ALT et gagner des visites et du trafic.

 
Restez raisonnable avec les images
Quoiqu’il en soit, il faut savoir utiliser les images avec parcimonie. En effet, une étude récente a montré que les temps de chargements des pages sont de plus en plus longs. Soyez donc vigilant.
Prenez exemple sur Jukien et son site ilonet.fr qui vient de faire une cure d’amaigrissement.

Si vous avez lu jusqu’ici, bravo ;)
N’hésitez pas à faire des commentaires, à poser vos questions si vous avez des interrogations et à partager cet article s’il vous a plu (un petit lien fait toujours plaisir).

★★★★★

A lire également