Xiaomi

Les allégations de coercition de Xiaomi sont sans fondement, selon la direction de l’application

La Direction de l’application de la loi a rejeté samedi comme « sans fondement » les allégations selon lesquelles les déclarations des responsables de Xiaomi India, la filiale à 100% de la société chinoise de fabrication de téléphones mobiles Xiaomi, ont été enregistrées « sous la contrainte », affirmant que les accusations n’étaient qu’une réflexion après coup.

L’agence fédérale répondait à certains reportages selon lesquels Xiaomi aurait allégué dans un récent dossier devant la Haute Cour du Karnataka que ses hauts dirigeants avaient été menacés de « violence physique et de coercition » lors de leur interrogatoire par des enquêteurs de l’ED à Bengaluru.

La Direction de l’application de la loi (ED) a publié une déclaration indiquant qu’il s’agissait « d’une agence professionnelle avec une forte éthique de travail et qu’il n’y avait à aucun moment de coercition ou de menace contre les dirigeants de l’entreprise ».

« Les allégations selon lesquelles la déclaration des responsables de Xiaomi India a été prise sous la contrainte par ED sont fausses et sans fondement. » « Les responsables de Xiaomi India ont déposé volontairement leurs déclarations devant ED sous la FEMA dans l’environnement le plus propice à diverses occasions », a déclaré l’agence.

Il a déclaré que les déclarations avaient été déposées par eux sur la base de documents et d’informations fournis par la société au cours de l’enquête.

« Leurs déclarations corroborent les réponses écrites soumises à ED et les éléments du dossier », a déclaré l’agence.

Le développement intervient dans le contexte où ED a passé une ordonnance le 29 avril pour saisir les fonds de Xiaomi India d’une valeur supérieure à Rs. 5 551 crores pour la prétendue violation de la loi indienne sur les changes (Foreign Exchange Management Act).

À lire aussi :  Telegram pour iOS mis à jour avec de nouvelles fonctionnalités de type Clubhouse pour les chats vocaux, plus

Plus tôt cette semaine, la Haute Cour du Karnataka a suspendu cette ordonnance de l’ED.

L’agence a ajouté que la déclaration du vice-président mondial de Xiaomi, Manu Kumar Jain, a été enregistrée à quatre reprises, les 13 avril, 14 avril, 21 avril et 26 avril, tandis que celle du directeur financier (CFO) Sameer BS Rao a été enregistrée à six reprises.

La déclaration de Rao a été enregistrée les 25 mars, 14 avril, 19 avril, 21 avril, 22 avril et 26 avril, a-t-il ajouté.

« Cependant, aucune plainte n’a été déposée par eux à aucun moment lors de l’enregistrement des déclarations à diverses occasions. » « La dernière déclaration des responsables de l’entreprise a été enregistrée le 26.04.2022 et l’ordonnance de saisie a été rendue le 29.04.2022. Il semble que l’allégation maintenant faite après un laps de temps substantiel soit une réflexion après coup », a-t-il déclaré.

L’agence a déclaré que les allégations de Xiaomi sont « sans fondement et loin des faits ». Xiaomi est un commerçant et distributeur de téléphones mobiles dans le pays sous la marque MI.


★★★★★

A lire également