Greek Government Rocked by Resignations Amid Long-Simmering Surveillance Scandal

Le gouvernement grec secoué par des démissions au milieu d’un scandale de surveillance qui couve depuis longtemps

Le gouvernement conservateur grec a été secoué vendredi par un scandale de surveillance qui couvait depuis longtemps après que son chef du renseignement et un proche collaborateur du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis ont démissionné en l’espace d’une heure. Panagiotis Kontoleon a proposé sa démission en raison d' »erreurs » de gestion pendant son mandat, a indiqué le bureau de Mitsotakis dans un communiqué.

L’annonce de la démission de Kontoleon de son poste à la tête du service national de renseignement EYP intervient moins d’une heure après la démission du secrétaire général de la primature, Grigoris Dimitriadis.

Les démissions sont intervenues une semaine après que le chef du parti d’opposition socialiste du pays, Nikos Androulakis, a déposé une plainte auprès de la Cour suprême pour « tentative » d’espionnage sur son téléphone portable à l’aide du logiciel malveillant Predator.

Deux journalistes grecs ont également intenté une action en justice cette année après avoir affirmé avoir été victimes de surveillance.

Androulakis a appelé vendredi à une enquête spéciale du Parlement sur l’incident.

« Je ne m’attendais pas à ce que le gouvernement grec m’espionne en utilisant les pratiques les plus sombres », a-t-il déclaré.

Le gouvernement a toujours nié toute implication de l’État, affirmant qu’il n’avait pas acheté de logiciels de ce type, mais les querelles ont déclenché un tollé dans le pays.

Le porte-parole du gouvernement, Yiannis Economou, a déclaré qu’il était « plausible » que des individus aient utilisé Predator pour espionner et que toute l’Europe soit confrontée à des menaces de surveillance.

En novembre, le ministre d’Etat grec George Gerapetritis avait insisté auprès de l’AFP sur le fait qu’il n’y a « pas de surveillance des journalistes en Grèce » par l’Etat.

À lire aussi :  Requêtes des utilisateurs et leurs réponses

« La Grèce adhère pleinement aux valeurs de la société démocratique et de l’État de droit, en particulier le pluralisme et la liberté de la presse », a déclaré Gerapetritis.

En tant que tel, il a fait valoir qu’il n’y avait « pas besoin d’autres mesures » pour vérifier la surveillance présumée du journaliste d’investigation Stavros Malichudis.

Kontoleon, qui a été nommé à la tête de l’EYP en 2019 après l’arrivée au pouvoir du parti conservateur de Mitsotakis cette année-là, avait laissé entendre alors qu’il occupait ce poste que les journalistes avaient été ciblés sur l’ordre des services de renseignement étrangers.

Les sites d’investigation Reporters United et Inside Story ont accusé Dimitriadis – un neveu de Mitsotakis – d’être lié aux prétendus scandales d’espionnage impliquant Androulakis et le journaliste financier grec Thanasis Koukakis.

Dimitriadis a menacé vendredi de poursuivre Reporters United et le quotidien de gauche Efsyn à moins qu’ils ne retirent un article sur l’affaire. Koukakis a également été averti de s’abstenir de retweeter l’histoire.

Dans l’un de ses premiers actes lors de sa prise de pouvoir en 2019, Mitsotakis a haussé les sourcils en attachant le service national de renseignement à son bureau.

Le principal parti d’opposition, la gauche Syriza, a qualifié l’affaire « d’énorme scandale ». Son chef, l’ancien premier ministre Alexis Tsipras, a déclaré que la démission de Dimitriadis était « un aveu de culpabilité » et que Mitsotakis lui-même portait une part de responsabilité.

« M. Mitsotakis doit donner des explications au peuple grec sur son propre Watergate », a déclaré Tsipras.

Les experts notent que Predator, développé à l’origine en Macédoine du Nord puis en Israël, peut accéder à la fois aux messages et aux conversations.

À lire aussi :  Les utilisateurs d'Apple iPhone doivent installer iOS 14.5 dès sa sortie; Voici pourquoi

« Il y a quelques jours, j’ai été informé par le Parlement européen qu’il y avait eu une tentative de bug sur mon téléphone portable avec le logiciel de surveillance Predator », a déclaré Androulakis aux médias alors qu’il quittait un tribunal à Athènes le 26 juillet.

« Découvrir qui se cache derrière ces pratiques néfastes n’est pas une affaire personnelle mais un devoir démocratique », a-t-il ajouté.

Le Parlement européen a mis en place un service spécial permettant aux eurodéputés de rechercher sur leurs téléphones des logiciels de surveillance illégaux à la suite de piratages utilisant un logiciel espion similaire à Predator appelé Pegasus.

Androulakis a utilisé le service pour « une vérification préventive de son téléphone le 28 juin 2022 ».

« Dès le premier contrôle, un lien suspect lié à l’outil de surveillance Predator a été détecté », a indiqué son parti PASOK dans un communiqué.

Le logiciel peut infiltrer les téléphones portables pour en extraire des données ou activer une caméra ou un microphone pour espionner leurs propriétaires.

« Predator fait partie des logiciels espions les plus chers et est hors de portée des particuliers », a déclaré à l’AFP le spécialiste de la cybersécurité Anastasios Arampatzis, affirmant que seul un État aurait besoin de ses fonctionnalités de sécurité sophistiquées.

« La sécurité et la protection de la vie privée doivent être garanties par tout régime démocratique. Si un État espionne ses citoyens, on se dirige vers une réalité dystopique, orwellienne. »

Le chef du renseignement espagnol a été limogé plus tôt cette année après qu’il est apparu que de hauts responsables politiques – dont le Premier ministre Pedro Sanchez et des séparatistes catalans – avaient été la cible de piratage téléphonique.

À lire aussi :  Les gadgets WFH les plus utiles pour ceux qui travaillent de longues heures »

★★★★★

A lire également