La France dit qu'Apple ne permettra pas à l'iPhone de fonctionner avec son application "StopCovid"

Les pays européens ont été contrariés par Apple pour leur avoir rendu plus difficile la mise en place de leurs propres plateformes de suivi des contacts sur l'iPhone. Ces pays souhaitent utiliser Bluetooth pour garder une trace des téléphones qui passent à proximité d'autres appareils. De cette façon, les utilisateurs de smartphones sauront s'ils ont été en contact étroit avec une personne testée positive pour COVID-19.

Le problème avec l'utilisation de Bluetooth est qu'il faudrait qu'Apple modifie les paramètres de l'iPhone. Actuellement, Apple empêche les applications d'utiliser Bluetooth si cette dernière s'exécute en arrière-plan et que les données de cette application particulière seront supprimées de l'appareil. Étant donné que les Européens souhaitent que les données collectées par la recherche des contacts via Bluetooth soient envoyées à un serveur centralisé, cela violerait les règles d'Apple. La France, par exemple, souhaite que Bluetooth continue de fonctionner en arrière-plan même si les données collectées sont envoyées à un serveur centralisé. Pour que cela se produise, Apple devrait modifier certains paramètres de l'iPhone, ce qu'il répugne à faire. Autoriser Bluetooth à fonctionner en arrière-plan pour la recherche des contacts épuisera la batterie de l'iPhone d'un utilisateur.

Apple ne reculera pas et ne modifiera pas les paramètres de son iPhone pour permettre l'envoi de données à un serveur centralisé

Le ministre français du numérique, Cédric O, a déclaré lors d'une apparition télévisée: "Apple aurait pu nous aider à faire fonctionner l'application encore mieux sur l'iPhone. Ils ne l'ont pas souhaité. Je le regrette, étant donné que nous sommes dans une période où tout le monde est mobilisé pour lutter contre l'épidémie, et étant donné qu'une grande entreprise qui se porte si bien économiquement n'aide pas un gouvernement dans cette crise. On s'en souviendra quand le moment sera venu. Alors que O ne pouvait pas deviner ce qui pourrait être à l'origine de la décision d'Apple de ne pas apporter les changements nécessaires, le ministre a ajouté: "Nous considérons que la surveillance du système de santé, la lutte contre le coronavirus, est du ressort des gouvernements et pas nécessairement des grands Américains. entreprises."

Le ministre a également déclaré que l'application de recherche de contacts "StopCovid" de la France serait prête à fonctionner le 2 juin, indépendamment de ce qu'Apple fait. Les tests commenceront le lundi 11 mai prochain. Il se trouve que c'est la date à laquelle le pays commencera officiellement à rouvrir ses portes. Dans le pays, Android est le premier système d'exploitation mobile avec une part de 78,8%. IOS d'Apple est le suivant avec 21,1%. Étant donné que les téléphones Android n'ont pas les mêmes restrictions, la France est confiante de poursuivre ses plans de toute façon.

Pourtant, l'Allemagne a cédé à Apple et a décidé de ne pas utiliser une méthode de stockage centralisé appelée Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing (PEPP-PT) pour son suivi des contacts COVID-19. La Grande-Bretagne a commencé à tester son application de suivi des contacts aujourd'hui et elle a décidé d'emprunter la voie centralisée comme la France.

Le mois dernier, plus de 300 professeurs du monde entier ont signé une lettre ouverte indiquant que même si la recherche de contacts basée sur Bluetooth est fortement préférée, l'approche centralisée pourrait conduire à une surveillance gouvernementale sans précédent. Dans la lettre, les professeurs ont écrit: "Certaines des propositions basées sur Bluetooth respectent le droit de l'individu à la vie privée, tandis que d'autres permettraient (via le fluage de la mission) une forme de surveillance gouvernementale ou du secteur privé qui entraverait de manière catastrophique la confiance et l'acceptation de telles une application par la société dans son ensemble. Il est essentiel que les citoyens fassent confiance aux applications afin de produire une adoption suffisante pour faire une différence dans la lutte contre la crise. Il est essentiel que, pour sortir de la crise actuelle, nous ne créons pas un outil qui permet la collecte de données à grande échelle sur la population, maintenant ou à une date ultérieure. Ainsi, les solutions qui permettent de reconstruire des informations invasives sur la population doivent être rejetées sans autre discussion.Ces informations peuvent inclure le "graphique social" de la personne rencontrée physiquement sur une période de temps."

★★★★★