Facebook ne fait pas assez pour lutter contre la discrimination, selon un audit

Facebook ne fait pas assez pour lutter contre la discrimination, selon un audit

Facebook n'a pas fait assez pour protéger les utilisateurs de la discrimination, des mensonges et de l'incitation à la violence, a révélé mercredi un audit externe des droits civiques, ajoutant à la pression sur l'entreprise au milieu d'un boycott d'annonceurs.

Le rapport d'audit, commandé par Facebook il y a deux ans, a souligné ce que les auteurs ont décrit comme une série de décisions préjudiciables, y compris un "terrible précédent" de ne pas intervenir dans les messages publiés ces dernières semaines par le président Donald Trump, ce qui pourrait permettre à la plateforme d'être "militarisé pour supprimer le vote".

Les résultats viennent à un moment où quelque 900 annonceurs, y compris de grandes marques telles que Coca-Cola, ont rejoint un boycott promu par les principaux groupes américains de défense des droits civiques, notamment la Ligue anti-diffamation et la NAACP.

"De nombreux membres de la communauté des droits civiques sont découragés, frustrés et en colère après des années d'engagement où ils ont imploré l'entreprise de faire davantage pour promouvoir l'égalité et lutter contre la discrimination, tout en préservant la liberté d'expression", ont écrit les auditeurs.

Facebook a commandé l'audit en 2018 dans le cadre de sa réponse à une série de critiques sur des questions telles que la confidentialité des données, la suppression des électeurs, l'incitation à la violence et le manque de transparence dans la publicité politique. L'audit a été mené par Laura Murphy, ancienne directrice du bureau législatif de l'American Civil Liberties Union.

La société n'a pas immédiatement indiqué les mesures spécifiques qu'elle prendrait en réponse aux conclusions, mais a publié une déclaration attribuée au chef de l'exploitation, Sheryl Sandberg, décrivant la vérification comme un "processus vraiment important pour notre société".

"Facebook est fermement opposé à la haine", a déclaré Sandberg. "Ce qui est devenu de plus en plus clair, c'est que nous avons un long chemin à parcourir."

Les auditeurs ont déclaré que Facebook était trop disposé à exempter les politiciens de ses règles, laissant une certaine diffusion de désinformation, de rhétorique nuisible et de division, et même d'appels à la violence.

Facebook a adopté une approche non interventionniste du discours politique par rapport à ses rivaux, laissant notamment les messages intacts de Trump ces dernières semaines, qui ont été signalés par son rival Twitter pour mensonges et incitation à la violence.

Un tweet de Trump, qualifié par Twitter de "potentiellement trompeur", a déclaré que voter par courrier – une procédure courante aux élections américaines – serait "substantiellement frauduleux".

"Permettre aux postes de Trump de rester établit un terrible précédent qui pourrait conduire d'autres politiciens et non-politiciens à diffuser de fausses informations sur les méthodes de vote légales, ce qui permettrait effectivement à la plate-forme d'être armée de supprimer le vote", ont déclaré les auditeurs.

Les organisateurs du boycott publicitaire se sont réunis pendant plus d'une heure par vidéoconférence avec le PDG de Facebook Mark Zuckerberg et Sandberg mardi. Après la réunion, les militants ont déclaré n'avoir vu "aucun engagement à agir" de la part de l'entreprise.

© Thomson Reuters 2020

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents