[Etude] La collaboration 2.0 à la traine en France

A l’heure où l’on nous serine avec la collaboration, les entreprises agiles, les nouveaux modes de communications et les réseaux sociaux pour les entreprises, force est de constater que le bilan en France n’est pas bon.

La cabinet français Jemm Research a publié une étude sur les usages collaboratifs en France. D’après celle-ci, les méthodes de collaborations agiles, notamment celles rendues possibles par les nouveaux outils 2.0, ont du mal à pénétrer le monde de l’entreprise.

Et ce ne sont pas les jeunes « digital natives », qui arrivent en masse sur le marché du travail, qui changent la donne. D’ailleurs, selon une enquête réalisée par Régions Jobs, les réseaux sociaux sont utilisés dans seulement 36% des recrutements par les candidats.

Pire, les utilisateurs se disent attachés aux outils traditionnels comme l’email ou les suites bureautiques type Office alors même que dans le cadre privé, les réseaux sociaux ont dépassé l’email pour communiquer.

Même les messageries instantanées dites « corporate » ont du mal à se déployer, seulement 30%, là où la conférence téléphonique est utilisée par 65% des sondés. Et je ne parle pas des Wikis, Blogs, … en-deçà des 10 %.

D’après l’étude, cette frilosité est imposée par les DSI « car, in fine, les utilisateurs ne sont pas décisionnaires. L’alignement IT et métiers, on en est encore bien loin ».

Faut-il y voir le fait que la génération Y n’a pas encore atteint les couches hiérarchiques décisionnaires ? Probablement mais ce n’est pas la seule raison. Selon « Jemm Research », l’utilité même de ces outils 2.0 est remise en cause, surtout dans les entreprises très hiérarchisées.

Du coup, les DSI ont bien du mal a expliquer le bien fondé de tels investissements aux directions générales.

Voila un bien triste constat. Le marketing 2.0 a encore des progrès à faire.

★★★★★

A lire également