Cinq sénateurs demandent à Apple de cesser de collecter les données d'application des demandeurs d'avortement

Cinq sénateurs demandent à Apple de cesser de collecter les données d’application des demandeurs d’avortement

Cinq sénateurs exhortent Apple et Google à interdire aux applications de collecter des données susceptibles de cibler les personnes cherchant à se faire avorter. Selon Crumpele groupe de sénateurs craint que les données ne se retrouvent entre les mains des autorités.

Le groupe a envoyé vendredi une lettre au PDG de Google, Sundar Pichai, et au PDG d’Apple, Tim Cook. Dans ce document, les sénateurs craignent que les procureurs anti-avortement ne tentent de recueillir des informations personnelles « de manière à menacer le bien-être de ceux qui exercent leur droit de choisir ». Les informations qu’ils pourraient collecter incluent l’emplacement, l’activité en ligne, la santé et la biométrie.

Cette lettre fait suite à la fuite d’un projet de la Cour suprême indiquant qu’elle pourrait annuler le droit à l’avortement via Roe v. Wade. Une lettre séparée a été envoyée mardi dans laquelle les sénateurs demandent à Google de cesser de collecter des données de localisation d’applications susceptibles de cibler les demandeurs d’avortement.

Les sénateurs notent également que de nombreuses applications dans les magasins d’applications d’Apple et de Google collectent régulièrement ces données et les vendent à des courtiers. De plus, rien n’empêche les courtiers en données de vendre les données aux procureurs ou « même aux justiciers ».

Plus précisément, les sénateurs notent que les données sur la fertilité d’un utilisateur de l’application, un historique de navigation montrant un intérêt pour la contraception ou des informations de localisation montrant qu’un utilisateur a consulté un gynécologue pourraient tous être utilisés par ceux « qui ont l’intention de cibler, d’intimider et de nuire aux personnes qui cherchent les avortements ou les personnes qui prennent simplement des mesures pour promouvoir leur santé reproductive.

Les deux lettres demandent aux géants de la technologie de s’engager à mettre à jour leurs politiques sur l’utilisation et la distribution des données. Tous ces efforts visent à protéger la sécurité et le bien-être des femmes souhaitant se faire avorter. Ni Apple ni Google n’ont commenté les lettres.


Découvrez 9to5Mac sur YouTube pour plus d’actualités Apple :

★★★★★

A lire également